Tromper les médias pour générer du buzz : une stratégie payante ?

Tous les stratagèmes sont-ils permis pour générer du buzz ? C’est en tout cas ce que pensent certaines agences qui n’hésitent pas à tromper médias et blogueurs dans le cadre d’une campagne de promotion.

Tromper les médias et l’opinion pour faire du buzz : un coup de bluff payant ?

Certaines agences ne reculent devant aucun coup médiatique pour générer du buzz pour leurs clients. La dernière stratégie à la mode consiste à tromper médias et blogueurs dans un premier temps pour générer par ricochet un buzz encore plus important lors de la révélation de la « vérité ». Une technique aux effets – positifs ou négatifs – garantis…

Bluffer, tromper ou choquer : une méthode qui paie

Les exemples récents de succès de cette stratégie risquée existent pourtant. On pense par exemple à Stromae qui, peu avant le lancement du clip de sa chanson « Formidable », avait laissé « fuir » une vidéo le montrant déambulant, apparemment très éméché, dans les rues de Bruxelles. Scène qui faisait finalement partie du clip de la chanson.

Plus récemment, Matthieu Kassovitz et les studios Pathé ont fait preuve de beaucoup de culot pour assurer la promotion du film « Un illustre inconnu ». Ils avaient en effet recréé, sous la même identité, les profils de journalistes et de blogueurs sur Facebook, n’hésitant pas à leur envoyer des demandes d’amis au travers de ces vrais faux profils… Un procédé à la limite de la légalité, mais qui s’est révélé payant.

Mais qui reste risquée…

Attention à ne pas trop en faire cependant… Pour avoir abusé du stratagème, des rappeurs comme Rick Ross ou La Fouine ont ainsi été moqués par leurs pairs. Leur crime ? Avoir supposément mis en scène de fausses fusillades pour renforcer leur image « gangsta » tout en faisant parler d’eux.

Dans un autre registre, certaines sociétés se sont aussi cassé les dents à trop vouloir jouer dans le registre de l’« osé » ou du « décalé ».  C’est par exemple le cas de la Caisse d’épargne qui, afin de faire la promotion de son assurance GAV, avait publié sur son compte Twitter en 2013 une photo montrant un écureuil coincé par les testicules avec une mention rappelant que « les accidents n’arrivent pas qu’aux autres »…

Résultat : un tollé général qui a conduit le community manager à retirer bien vite le tweet trop « osé ».

Dans tous les cas, ce stratagème offre la garantie de générer un buzz, bon ou mauvais. À vous de voir si le jeu en vaut la chandelle…

 

 

Laisser un commentaire

*

'