Les annonceurs doivent-ils miser sur Instagram ?

Les annonceurs doivent-ils miser sur Instagram ?

Les annonceurs doivent-ils miser sur Instagram ?

Les réseaux sociaux sont devenus un canal marketing incontournable pour les marques. Parmi eux, Instagram attire un nombre croissant d’annonceurs. Faut-il suivre leur exemple ?

Une visibilité directe grâce à un taux d’engagement élevé…

Costa Croisières, Etam ou Splendia, Samsung, Air France… Des références dans leurs domaines respectifs profitent de l’influence des plus grands Instagramers, parfois rémunérés, pour promouvoir leur nom et leurs produits.

Même si son audience est dix fois plus restreinte que Facebook qui l’a rachetée en 2012 (pour ne citer que lui), le réseau social de partage de photos a l’avantage d’un taux d’engagement 60 fois plus important que ses puissants concurrents.

De plus, les jeux-concours de photos augmentent considérablement la visibilité des marques organisatrices. C’est sur cette force qu’a misé par exemple Samsung Electronics France à travers son opération #SamsungInstawards. L’utilisation d’un hashtag s’avère en effet extrêmement efficace pour maximiser les contenus générés par la communauté (UGC).

… mais une viralité limitée

Instagram a cependant quelques faiblesses, principalement en matière de viralité. La première est l’impossibilité d’intégrer une URL redirigeant vers le site web de l’entreprise, une fonction pourtant proposée par les plateformes concurrentes comme Pinterest. Si l’objectif est de booster le trafic naturel, ce choix n’est donc pas le plus pertinent.

Par ailleurs, la conception du site complique la republication de photos. Alors que sur Tumblr ou Facebook, un simple bouton permet de partager les images postées par d’autres internautes, Instagram, qui n’en dispose pas, exige le recours à des applications tierces. Aussi, les « like » des utilisateurs ne créent pas d’amplification.

Au final, seules les marques qui disposent d’une notoriété forte et d’un univers visuel trouveront grand intérêt à communiquer par le biais de ce réseau.

Laisser un commentaire