Le marketing éthique… C’est chic ?

A ne surtout pas confondre avec l’éthique du marketing qui n’est autre qu’une ramification de l’éthique des affaires se rapportant au rôle de l’éthique dans les processus de décision des responsables marketing. L’éthique du marketing regroupe en somme un ensemble de règles et de normes visant à rendre le marketing plus « noble » vis-à-vis des techniques et méthodes employées avec les clients. 

Le marketing éthique se définit comme l’assimilation d’une marque, d’un produit ou service, à une cause «éthique» d’intérêt public, afin d’y rallier les consommateurs en les incitant à acheter le produit d’une marque. 

D’où nous vient ce concept ? 

Il est dit que c’est en 1983 que la première initiative de marketing éthique est née, lorsque la compagnie American Express a décidé de donner une certaine somme d’argent à chaque fois qu’un client utilisait sa carte de crédit en vue de rénover la Statue de la Liberté. Une approche marketing qui a par la suite inspiré de nombreuses entreprises, les incitant ainsi à s’engager dans une démarche éthique en faveur, par exemple, de l’environnement, du développement durable, du commerce équitable, de la défense des animaux comme certaines marques de cosmétique l’ont fait se refusant à tester sur eux leurs produits.

Quelles opportunités le marketing éthique offre-t-il aux entreprises ? 

Dans la conjoncture actuelle où les valeurs sont remises en cause tant au niveau politique, qu’économique, que la confiance dans la parole des politiques ou des dirigeants d’entreprise n’a jamais été aussi faible, les consommateurs opèrent peu à peu une prise de conscience et aspirent à davantage d’éthique, de respect de l’individu, de l’environnement. Ainsi, les entreprises qui s’impliquent dans différentes causes via le marketing éthique assurent la crédibilité de leurs produits par le sérieux de leur engagement et s’attirent ainsi la confiance des consommateurs.

L’objectif du marketing éthique doit être de proposer aux consommateurs des produits pouvant satisfaire leurs attentes et besoins tout en leur procurant un bénéfice non négligeable sur le long terme, il convient de ne pas l’oublier. Enfin, dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit doit être la règle d’or : ne prenez pas le risque de vous décrédibiliser en tentant vainement d’avoir un positionnement « éthique » si vos produits ou services ne le sont pas réellement. Les consommateurs ne sont pas dupes, tenter de les berner pourrait vous être préjudiciable de bien des manières.

Laisser un commentaire


*