Le commerce collaboratif

By 11 mars 2014 Blog No Comments

La crise semblerait avoir bel et bien changer nos habitudes de consommation. Changer ne signifiant pas nécessairement réduire. En effet, si il est admis de chacun que la crise ait poussé un certain nombre de personnes à revoir leurs consommations à la baisse, force est de constater que beaucoup ont eu l’idée géniale de consommer différemment, sans pour autant consommer moins. L’apparition du commerce collaboratif en témoigne.

Que recouvre l’expression «commerce collaboratif» ? 

Le principe est très simple, il s’agit d’un partage de biens ou de services entre particuliers, entre consommateurs. Une tendance qui prend une ampleur considérable depuis un certain temps, avec l’apparition de nombreux sites de covoiturage, de prêts de véhicules, de location de robes, d’échanges d’appartements, etc.

Le site l’ADN définit ainsi le commerce collaboratif: «Type de commerce pour lequel la gestion des achats et de l’approvisionnement n’est plus un circuit rigide entre un nombre limité d’acteurs, mais un échange perpétuel au sein d’une communauté (employés, partenaires, clients…).»

Quelques petits exemples de «commerce collaboratif». 

Cityzencar, Buzzcar, Zilok, Parkadom ou Airbnb sont certainement des noms que vous avez déjà du entendre… Ces quelques sociétés tirent leur succès du caractère innovant et… collaboratif de leur offre. Elles permettent toutes de partager entre particuliers des biens et services: covoiturage, prêts de matériel pour travaux, prêts de places de parking ou échange d’appartements à travers le monde. Des sociétés qui rencontrent aujourd’hui un succès qui ne désemplit pas, au grand dam de nombreuses sociétés à l’instar de certaines sociétés hôtelières qui voient leurs activités impactées par la location ou l’échange de logements entre particuliers.

D’où le «commerce collaboratif» tire-t-il son succès ? 

Comme nous l’évoquions en début d’article, la crise économique n’y est pas pour rien, la baisse du pouvoir d’achat des ménages y étant intrinsèquement liée. Ce type de commerce offre donc à chacun la possibilité d’accéder à un bien ou un service pour un coût généralement bien inférieur à ceux généralement pratiqués. On pense notamment aux services de location de voiture ou de covoiturage qui rendent la vie plus simple à ceux qui n’auraient pas les moyens de s’acheter une voiture, dont le prix est, on le sait bien, souvent très élevé.

Une deuxième composante du commerce collaboratif attire de nombreuses personnes : le lien social. Beaucoup de consommateurs optent pour ce genre de services car ils apprécient la possibilité d’entrer en contact avec d’autres particuliers : des voisins, des collègues et même souvent de parfaits inconnus.

Si l’économie collaborative n’en est encore qu’à ses débuts en France, il y a fort à parier qu’elle va connaître un réel succès dans les années à venir, poussant ainsi les marques et enseignes traditionnelles à redoubler d’effort pour trouver de nouveaux modèles compétitifs.

Laisser un commentaire


*