Impact du RGPD sur la stratégie marketing B2B des marques

RGPD et marketing

Pour les établissements financiers, les données représentent un capital précieux. Leur exploitation, dans le respect de la législation, permet aux banques de mettre en œuvre une stratégie marketing performante. En apportant une réponse pertinente et personnalisée aux attentes de leurs clients et prospects, elles maximisent le ROI de leurs actions commerciales. Plusieurs changements s’opèrent dans le monde du marketing.

La communication sur les réseaux sociaux, moins intrusive, détrône l’emailing classique

Depuis le 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données (RGPD) est applicable. Pour les spécialistes du marketing, quel que soit le domaine d’activité, le consentement des consommateurs concernant la collecte, le stockage et l’utilisation de leurs données personnelles est crucial. Ces derniers sont en effet plus conscients de leur droit à gérer ces informations que les entreprises détiennent à leur sujet.

Les campagnes d’emailing classiques ne sont donc plus adaptées, car le RGPD n’autorise plus l’opt-in passif. Pour avoir la certitude d’une stratégie de communication en conformité avec la législation, l’instauration d’un système de double opt-in est même vivement recommandée.

Dans ce contexte, les médias sociaux gagnent du terrain. Car le client devant s’abonner de sa propre initiative à une newsletter, son consentement est plus explicite. C’est également le cas pour les applications orientées business qui proposent des actualités adaptées à leurs centres d’intérêt, et ce, de manière moins intrusive.

La maximisation du ROI des actions commerciales passe par la personnalisation

Tout comme le mode de diffusion, le contenu des emails change au profit d’offres ultra personnalisées. Sur les sites web B2B par exemple, les visiteurs sont invités à renseigner un formulaire, notamment avec leur secteur d’activité. Ces informations sont utilisées pour adapter le contenu affiché sur le site ou sur le blog de manière dynamique.

La capacité à envoyer une publicité personnalisée en temps réel pour engager les internautes explique le succès des magazines numériques interactifs, qui l’emportent sur les versions imprimées. Les vidéos qui y sont intégrées jouent un rôle essentiel dans la décision d’achat d’un bien ou d’un service.

Une étude réalisée par Google indique même que les consommateurs passent 81 % de temps en plus sur les sites proposant des contenus vidéo.

Les outils permettent l’ultra personnalisation pour engager et réengager les clients

Afin d’affiner la segmentation à l’extrême et instaurer une relation « one to one », clé pour maximiser le retour sur investissement des actions commerciales, les marketeurs ont à leur disposition divers outils technologiques.

Les chatbots intelligents et assistants commerciaux virtuels interagissent avec les clients tout au long du cycle de vente, prodiguant des conseils individualisés. Quant aux outils de « marketing automation », ils servent à automatiser certaines actions de marketing digital afin de diffuser à chaque personne un message publicitaire sur mesure au bon moment.

L’« attribution marketing » aussi se généralise, permettant de mesurer avec précision les retombées de chaque action sur chaque canal afin d’identifier les plus performants. Pour cela, les taux de clics et de transformation sont progressivement délaissés, cédant la place au taux d’engagement envers la marque (nombre d’abonnements, de retweets…).

Enfin, si marketing et RGPD conditionnent les actions visant à engager le client à son accord express, l’écoute et le réengagement sont plus libres. Effectuer une veille continue sur les réseaux sociaux est même crucial pour recevoir les éventuelles plaintes et commentaires des clients et réagir rapidement, mais aussi pour anticiper les tendances.