90 % des profils Google+ ne sont pas entretenus

Une étude concernant le niveau d’activité sur Google+ a révélé que très peu de profils publient sur l’API et qu’une majorité ne propose même pas de contenus. Pour obtenir ces résultats édifiants, 516 246 profils ont été sélectionnés au hasard et analysés par Éric Enge. Détails.

Seulement 9,7 % des profils Google+ sont réellement actifs

Sur l’ensemble de l’échantillon, seuls 49 975 membres participent effectivement au flux Google+ en postant une information. Tous les autres ne semblent actifs que par le biais de leurs partages de vidéos et commentaires sur YouTube, changement de photo de profil, etc.

Ils ne représentent que 9,7 % de tous les profils étudiés et 9,9 % de la totalité des profils actuellement valides. Si l’on rapporte ce taux aux 2,2 milliards de profils que compte Google+ depuis sa création, le nombre d’internautes ayant une activité quantifiable ne serait que de 212 millions.

En s’intéressant maintenant à la fréquence des messages publiés sur la plateforme avec un minimum de 50, le pourcentage de profils concernés tombe à 0,3 % de l’ensemble, ce qui donne après ajustements 6,66 millions d’utilisateurs.

Sur les 30 derniers jours, il ne reste plus que 16 millions de personnes, dont 106 000 qui font partie des plus assidus avec plus de 50 publications mensuelles.

Google+ va-t-il disparaître ?

Au vu de ces chiffres, certains pourraient anticiper la disparition de Google+, mais ils auraient tort. Même si l’activité n’est pas à la hauteur des prévisions, il a permis au géant de l’Internet de centraliser les identifiants de ses utilisateurs et de recueillir des données sur leurs centres d’intérêt afin de personnaliser les résultats de recherche et publicités.

De plus, fortement intégré aux autres produits Google (Google Play, Youtube, Google My Business), il peut difficilement être retiré sans bouleverser tout l’écosystème et par extension, le référencement local sur le moteur de recherche.